Le mot de la Présidente

Chers amis,Amalita de Zarate

Ce n’est pas à vous que je parlerai de l’urgence à défendre la planète.

C’est à chaque citoyen, à chaque collectivité, à chaque pays, de s’engager dans une réflexion commune pour protéger la vie sur Terre.

« La biodiversité c’est la vie, la biodiversité c’est notre vie ». Je voudrais simplement souligner à quel point les Humains sont partie intégrante de cette biodiversité, nous sommes connectés de façon intime avec les écosystèmes et les services qu’ils fournissent : l’accès à l’eau potable par exemple posera un grave problème à l’Humanité dans un avenir très proche.

Une autre urgence, celle de la régularisation du climat en est un enjeu majeur. Il y en a bien d’autres que vous découvrirez sans doute : l’extinction de certaines espèces, la propagation d’espèces envahissantes ou la pollution des algues sont liées certes à l’accélération de la dégradation des changements climatiques mais aussi aux activités humaines essentiellement axées sur le profit aveugle et sans conscience. Les scientifiques s’accordent à dire que l’accélération préoccupante de la perte biologique trouve ses origines dans la destruction des habitats naturels du fait de la déforestation dans l’agriculture intensive ou dans le morcellement des paysages, dans la surexploitation des ressources marines et terrestres, etc…

Il s’agit donc bien d’un enjeu mondial. C’est l’affaire de chacun d’entre nous si nous voulons vraiment préserver et défendre notre planète et si nous voulons développer les moyens de mieux assurer leur prise en compte.

Je fais un rêve, celui que chacun de sa place, informe, sensibilise, éduque et encourage le comportement responsable pour défendre la biodiversité destinée à améliorer l’environnement et donner corps au service du développement durable.

Agir pour la conservation de la biodiversité c’est aussi l’un des objectifs de la convention du patrimoine mondial culturel et naturel. Parmi les sites inscrits sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO, certains ont été choisis en fonction de l’importance qu’ils accordent à la défense de la biodiversité et à la lutte contre la déforestation par exemple.

Sous l’égide de l’ONU, l’UNESCO, la Fédération Française et le club UNESCO Terre de l’Aude contribuent de façon permanente et dynamique à la défense des valeurs humanitaires empreintes d’éthique. Car c’est bien d’éthique dont il s’agit. On ne peut plus se contenter d’un monde où l’Homme serait sans avis, sans réflexion dans ce domaine… Aujourd’hui, nous sentons combien tout ce vocabulaire autour de la biodiversité (biologie, culturelle, linguistique…) est essentiel pour laisser aux générations suivantes un héritage plein de dignité.

 

Amalita De Zarate,

Présidente du club UNESCO Terre de l’Aude